Critiques écrites à propos des disques d'Arnaud Dumond


RÉPERTOIRE - janvier 1999
Œuvres pour guitare seule Vol.1

> ...un disque dont chaque seconde est habitée par le plaisir, inventive et audacieuse. Arnaud Dumond se situe à l'opposé du monde clos des guitaristes, qui souffrent de vivre en marge du monde musical. Il fait de la marginalité une force, il la revendique et la met au service d'un art visionnaire qu'on pourrait comparer à la poésie d'un instrumentiste franc-tireur comme Michel Portal.


SUÈDE, Max Gossel (du duo Progetto Avanti)
Œuvres pour guitare seule Vol.1

> To be short : This is the first guitar album in at least 15 years that has caught my interest and given me some real listening pleasure !


CLASSICA - 2000 (note : 4 étoiles)
> Raffinement instrumental... énergie féroce... microcosme orchestral... Arnaud Dumond est connu pour être un instrumentiste remarquable... il écrit une musique extrêmement touchante, originale, et d’une profondeur de sentiment rare à notre époque.


CAHIERS DE LA GUITARE, Alain Mitéran
> Sonorité à la fois âpre et chaleureuse, technique qui se laisse totalement oublier, registre de timbres qui semble inépuisable, tout est rassemblé chez ce guitariste, doublé d’un compositeur non moins remarquable. Il met sa grande maîtrise de la virtuosité au service d’une poétique nouvelle pour l’instrument. La multiplicité de ses modes de jeu et d’attaques lui permet d’élargir les capacités expressives de la guitare, de lui inventer de nouvelles couleurs, sans jamais tomber dans la virtuosité gratuite, créant ainsi une sorte de « guitare orchestrale ».


Michel THION
> Le paradoxe, la contradiction, DUMOND ne cherche pas à les estomper. Il les revendique, les monte en épingle; il percute les deux mondes sonores pour qu'aucun ne meure. C'est ainsi qu'il nous emmène au cœur du drame qui se joue ici et maintenant: la fin d'un monde, le nôtre.


CAHIERS DE LA GUITARE
Une guitare dans le romantisme

> Les disques d'AD sont toujours un événement et celui-ci ne fait pas exception... Pour AD l'adjectif « romantique » est une injonction de maîtrise et de dépassement. Il y est magistral, jamais statique, toujours engagé dans un mouvement d'inventivité et d'énergie toujours renouvelé... Aucun des registres dramatiques n’est négligé dans ces longs mouvements qui pourraient rappeler la manière du génial Yves Nat dans Beethoven. La sensualité des adagios est de même assez impressionnante...


LE MONDE de la MUSIQUE - 1998
Messe in terra pax

> Connu comme grand virtuose de la guitare, il est autant compositeur qu'interprète. Cette composition, portée par un sens du discours très personnel, est le meilleur témoignage d'une synthèse entre tradition et modernité. Les voix sont conduites avec une clarté héritée des polyphonistes, mais avec des décalages harmoniques dans la lignée d'un SCHNITKE...


CAHIERS DE LA GUITARE - octobre 1999
Œuvres pour guitare seule Vol.1

> ...un univers musical fort... une recherche sur le son en soi, comme s’il fallait faire « craquer » l’instrument, de même que le poète Michel Deguy parle de faire « craquer » la langue, dans la poésie moderne. Les préoccupations de la guitare rejoignent chez A.Dumond celles de la musique contemporaine en général, à travers une œuvre aux riches résonances humanistes, où l’Histoire est souvent convoquée en arrière plan. Son importance est évidente.


CAHIERS DE LA GUITARE - janvier 2000
Une guitare dans le romantisme

> Les disques d’AD sont toujours un évènement et celui-ci ne fait pas exception... une présence qui fait feu de tous éléments, sons, mouvements...que tant de guitaristes ont tendance, en fait par impuissance, à diminuer: preuve est faite ici que l’adjectif « romantique » est une injonction de maîtrise et de dépassement dans le déploiement des possibilités de la guitare. AD y est magistral, jamais statique, toujours engagé dans un mouvement d’inventivité et d’énergie tenue et renouvelée... Aucun des registres dramatiques n’est négligé dans ces longs mouvements dont la construction et l’articulation des séquences pourra rappeler la manière du génial Yves NAT dans les sonates de BEETHOVEN. La sensualité qui se dégage des adagios est de même assez impressionnante, comme la pondération toujours parfaite de tous les éléments musicaux: même ces sortes de « codas cadentielles » que d’aucuns trouvent pesantes acquièrent ici leur sens. Un enregistrement plus que salutaire !


CLASSICA (Note : 5)
Œuvres pour guitare seule Vol.1

> Comme un tango, titre de la deuxième pièce, pourrait définir pratiquement l'intégralité de ce premier volume des œuvres pour guitare d'Arnaud Dumond, dans la mesure où chez ce compositeur, l'hommage le dispute au pastiche et la révérence à la référence.
Dans Sonnerie, d'une énergie féroce, comme dans la Sonata da Requiem, Dumond fait preuve d'une certaine aisance dans la conduite du discours harmonique. Toutes les potentialités de l'instrument sont d'ailleurs mises à profit, comme si la guitare se muait en un microcosme orchestral. Les Cinq hommages français, qui renouvellent de manière authentique et homogène un genre parfois servi par des réalisations plutôt académiques, témoignent de la capacité de Dumond à se forger un style en revisitant de manière originale la tradition du Mémorial... un disque que l'on écoutera d'une traite.


DIAPASON - janvier 2000 (note : 4 étoiles)
Une guitare dans le romantisme

> ...Dumond a longtemps délaissé le répertoire classique. C'est un peu dommage alors que ce CD nous rappelle le talent très personnel du guitariste français, incontestablement à l'aise dans le répertoire romantique: jeu attachant, sans esbroufe, style très sûr... De quoi souhaiter que Dumond revienne plus fréquemment à ses premières amours...
Karol BEFFA


CAHIERS DE LA GUITARE, Alain Mitéran
> Son œuvre prend une place de choix dans le répertoire contemporain, tous instruments confondus. Réécoutez "Médée Midi Désert" c'est une découverte permanente.


GUITARES.CH, T.Bolliger - juin 1999
Œuvres pour guitare seule Vol.1

> Pour l’ancienne garde A.D. passait pour un touche-à-tout d’une virtuosité indéniable... Ceux qui l’aiment, et ils sont nombreux, le voient comme l’un des compositeurs-interprètes les plus singuliers de sa génération dont la rare imagination et le rayonnement dépassent de loin le monde de la guitare. Les uns critiquent une approche éclectique qui cherche à intégrer les musiques les plus disparates, les autres adorent un esprit de synthèse qui jette des ponts entre le passé et l’avant-garde. On l’aura compris A.D. agace les puristes tout en enthousiasmant son public.
Les œuvres de son CD volume 1, d’une vitalité débordante, une technique époustouflante, des nuances très personnelles, une sonorité envoûtante, font penser à certaines pièces de Franz LISZT : exploits techniques au service d’une sensibilité quasi religieuse, une révolte qui se mue en une émotion profonde et sereine.