Critiques de Concerts donnés par Arnaud Dumond


CLASSICAL GUITAR MAGAZINE, Colin COOPER
Londres, Wigmore hall

> Un concert charismatique : Dumond n’est pas seulement un guitariste et compositeur de talent : c’est un oiseau rare !


NEW-YORK TIMES, Bernard Holland
> Il jouit d'une technique si fluide et articulée que les auditeurs vont droit à la musique elle même.


Dann du Toit, Die Vaterland, JOHANNESBURG
> C’est un des plus brillants concerts que nous ayons eu depuis John WILLIAMS. Sa variété de dynamiques, sa sensibilité et son sens des structures révèle le grand art...


GUITAR WORLD
> Il a toujours eu le désir de ne pas se spécialiser, cette monnaie des temps modernes... On comprend d’emblée qu’aucune musique, quand il l’aime, ne lui résiste... Chez lui la connaissance de la musique dépasse de loin la guitare, mais il a cette passion de vous faire sentir que l’on peut retrouver toute la musique dans la guitare ! En s’attachant à exprimer toute la gamme des sentiments, du tragique à l’humour, il tend à faire de chaque concert un évènement particulier.


NICE MATIN
Festival de Menton

> Il va bien au-delà de ce que l’on a coutume d’entendre dans un récital de guitare. Finalement, et mutatis mutandis, on pense à Alfred BRENDEL.


LE MONDE, Francis Marmande
> Un grand raffinement... l’impression d’une approche fondée sur l’amour critique de la musique...


NEW-MEXICO UNIVERSITY, Michael Chapdelaine, chairman
Tournée USA 1998

> Your concert was fabulous. Your playing and writing is the beautiful blend of old French romanticism and modern expressionism, but the result is something very lovely and profound. The classical guitar is very lucky to have won your artistry and attention.


FLORIDA GUITAR SOCIETY
> The audience sat spellbound by Arnaud Dumond's technique and unusual and powerful music.


CORRIERE DEL TICINO
Teatro Dimitri, Vercio, Suisse italienne

> Par conviction et volonté, il rompt la barrière entre musique ancienne et contemporaine... Entre ses doigts la musique est vivante, intense, extraordinairement sanguine et rythmée. Très armé techniquement on sent chez lui une fraîcheur et une spontanéité qui sont le fait des seuls grands...


GUERNESEY PRESS
> Une exceptionnelle conviction de la part d'un artiste réfléchi et accompli, loin des conventions habituelles.


LIBERTÉ HEBDO, C. FABRE - septembre 1999
Lille, CRÉATION du CONCERTO pour guitare

> C’est une très belle œuvre moderne, audacieuse, qui nous fait en quelque sorte découvrir l’histoire de la guitare, qui devient ici une sorte d’inspiratrice de l’orchestre. La référence au dernier tableau de Pierre Bonnard mêle au propos une chaleureuse intrication entre les disciplines en accentuant les couleurs de la partition.


FLORIDA GUITAR SOCIETY - 1998
> The audience sat spellbound by Arnaud Dumond's technique and unusual and powerful music. As a teacher he was exceptional, warmly helping players get the most out of the music they were playing. Everyone asked the same question : when will Mr Dumond be back ?


CAHIERS DE LA GUITARE, Françoise Objois - avril 1999
PARIS Salle Cortot

> Un récital d'Arnaud Dumond est une expérience dont on ne sort pas indemne... tout étonné de ce qu'une imagination musicale totalement poétique peut faire dire à une simple guitare devenue une véritable "machine à sons" entre les mains d'un compositeur-interprète pour qui les limites de l'instrument doivent être repoussées loin, au-delà de l'horizon, là où il n'y a plus que l'homme et la musique comme la seule vraie aventure qui vale la peine. La guitare avec lui est le vecteur magique d'un lyrisme tour à tour fulgurant, violent, chuchotant ou incandescent mais toujours novateur.


NEW-MEXICO UNIVERSITY, Michael Chapdelaine, chairman
Avril 1999

> Your concert was fabulous. Your playing and writing is the beautiful blend of old French romanticism and modern expressionism, but the result is something very lovely and profound. The classical guitar is very lucky to have won your artistry and attention.


EURE INTER, Philippe HUMEZ - mai 1999
Évreux

> Les concerts d'Arnaud Dumond sont toujours de vraies tranches de bonheur. Arnaud Dumond affichait une forme éblouissante, mais c'est encore un état assez commun chez cet interprète exceptionnel. Qu'est ce qui fait qu'il puisse aborder avec la même perfection un anonyme de XVIè siècle, un prélude de BACH ou une composition contemporaine ? Au delà d'une technique instrumentale très personnelle et d'une redoutable efficacité, la première qualité de ce guitariste est d'abord l'intelligence de la musique. Il est de ceux qui ont le secret de vous rendre la musique tout de suite intelligible.- Avec lui, tout devient lumineux et, parallèlement à l'émotion musicale, on entre dans la structure de la partition, comme guidé par la main d'un maître. On fait le rapprochement entre ses "Leçons de Ténèbres" pour guitare et bougies éteintes une à une, avec la lumineuse simplicité avec laquelle le cinéaste Alain CAVALIER vous offre les clés du royaume d'ombre et de ténèbres du peintre Georges de LA TOUR. Une liberté qu'Arnaud Dumond déploie avec autant d'évidence même dans un prélude de Bach. Dans le répertoire souvent guindé et "entendu" de la guitare classique, c'est franchement vivifiant.


CAHIERS DE LA GUITARE, F. Objois - septembre 1999
CRÉATION du CONCERTO pour guitare à Steene (Nord-Pas-de-Calais)

> ...puisant son inspiration dans la dernière toile de Bonnard, A.Dumond nous livre ici un concerto qui délaisse la traditionnelle forme tripartite pour se concentrer sur un seul mouvement en cinq séquences, dont la guitare forme le tronc et l'orchestre le feuillage.
...la floraison orchestrale prend appui sur une luxuriance d'écriture qu'autorise un orchestre d’une quarantaine de musiciens. Tout commence par une séquence de guitare comme A.D. les aime, c'est dire hors norme : on est dans la préhistoire, l'aube de l'instrument guitare : infrasons, effets de gong, frottements, percussions, notes indéterminées ... - il y a du Kagel là-dessous ! - auxquelles répond l'orchestre par un jeu de correspondances de timbres. Toutes les possibilités sonores de l'instrument sont exploitées, et trouvent leur écho dans un orchestre sans cesse frémissant, littéralement "inspiré" par la guitare. Puis l'orchestre et la guitare s’éclairent mutuellement jusqu'à l'extase, que le compositeur confie à des cordes frottées particulièrement "planantes", extase et nostalgie indissociables au cours de ces longues tenues d'une infinie douceur, d'autant qu'elles interrompent "brusquement" (la douceur peut être brusque !) des passages d'une singulière violence.
...cette musique libre et étincelante, irisant l'orchestre d'alternances de longs moments planants et d'éclairs fulgurants, avec une guitare parlant là où on ne l'attend pas, relève davantage du poème symphonique que de la forme concerto. Sa respiration parfois dramatique nous prend par la main et nous guide sur un chemin, puis un autre ... rien n'est installé et l’extrême sensibilité du compositeur nous conduit là où il a envie d'aller, dans des mondes inconnus... mais beaux. À l'aube du XXIème siècle, l'orchestre, après deux siècles d'existence, a encore quelque chose d'intéressant à nous dire.


LA DÉPÈCHE D'ÉVREUX
> L’un des plus grands découvreurs du territoire guitaristique de notre temps.