Partitions d'Arnaud Dumond - DUOS intrument et guitare


Valse acide avec harpe

La guitare endormie avec récitant(e)
EFFECTIF : guitare et récitant. Créé à la SPAG, Paris 1996, par Alain Cuny et Betho Davezac
DUREE : 6'
DIFFICULTE : 3 (de 1 à 5)
EDITION : ADN
ENREGISTREMENT CD : Pas de deux - catégorie Duos

Médée midi désert avec clarinette,flûte ou violon
EFFECTIF : original pour flûte à bec alto/soprano & guitare. Ici version pour flûte traversière ou clarinette ou violon & guitare, nécessitant l’emploi d’un archet et d’aiguilles à tricoter à fonction de percussion ou de guimbardes - voir photos (PDF ci-contre). Cette oeuvre des années 80 est et a été jouée en France et à l’étranger par de nombreux duos.
DUREE : 13’
DIFFICULTE : 1 à 3 (de 1 à 5)
EDITION : ADN
ENREGISTREMENT CD : oeuvres pour Flûte à bec et guitare au XXè siècle (MANDALA productions) - catégorie Duos, CD le temps voleur en fuite - catégorie à paraître RECOMPENSE : 1er prix du Prix du Yamaha Tokyo International Concert, 1981
PRESENTATION : Originellement écrite pour flûte à bec alto et guitare, Médée Midi Désert est accessible aux instruments mélodiques tels que la flûte traversière, la clarinette, le hautbois, et même le violon. Avec une prédilection pour la Clarinette.
Les instruments y sont souvent utilisés 'à contre emploi ': sur-aigus, doubles sons, sons 'crachés', sons bourdonnés avec la voix, trilles expansifs, tiers de tons... La guitare utilise également des procédés sonores non traditionnels: cordes 'claquées' (pizzicati Bartok), dedillo (cordes frottées), percussions aux timbres différents, effets de guimbarde sur des aiguilles à tricoter coincées entre les cordes ou contre le chevalet, utilisation d'un archet et de la voix...
Cette production sonore inhabituelle contribue à générer des atmosphères plus suggestives qu'imitatives: claquements, grincements, mélismes etc. auxquelles la couleur orientale de l’œuvre n'est pas étrangère. Les paroles chuchotées au milieu de l’œuvre sont extraites d'une nouvelle Danoise de Jensen, dont Sigmund Freud fit une analyse dans 'Délire et rêves dans La Gradiva de Jensen', à laquelle Médée Midi Désert doit son inspiration principale: un archéologue nordique tombe amoureux de la représentation d'une jeune femme sur un bas relief, et qu'il ira rechercher à travers la ville morte de Pompei, jusqu'à la 'voir' et lui parler sous le feu de midi (que les romains appelaient 'l'heure des spectres'), avant que ce mirage ne s'évanouisse.
L’œuvre est donc née d'un 'sentiment de Midi sur ruines antiques'... lumière 'noire' de trop de lumière, atmosphère écrasée de soleil et vibrante de chaleur, heure des mirages et des délires. A cette partie principale se sont greffés un Prologue, Médée, âpre et incantatoire, à la manière de la tragédie grecque, et un épilogue, Désert, où les cris et le chant rouvrent l'espace et le temps sur le silence immense.
Pièce 'méditerranéenne', mêlant sensualité et violence, sous le regard exemplaire des 'Troyennes' d'Euripide qui, en 1980, étaient iraniennes, afghanes ou libanaises, qui sont aujourd'hui algériennes, bosniaques tchétchènes, et toujours afghanes... Quand les tragiques grecs cesseront-ils d'être nos contemporains?

Miroirs de lascaux avec clavecin
EFFECTIF : Clavecin & guitare, nécessitant l’emploi d’un archet par le clavecinistre..., 1981. Créé au Festival de Montreux par Michèle Delfosse et A.Dumond et joués dans différents pays par plusieurs duos.
DUREE : 10’
DIFFICULTE : 2 à 3 (de 1 à 5)
EDITION : ADN
ENREGISTREMENT CD : Guitare, luth et clavecin & Pas de Deux - catégorie Duos, CD Le temps voleur en fuite - catégorie à paraître
PRESENTATION : Miroirs d'une grotte et d'une préhistoire imaginaires. Miroirs d'une conscience, aussi, qui pourrait être celle de l'homo-europeanus découvrant Lascaux, en 1946, alors même que de très récents événements - Auschwitz, Hiroshima - lui renvoient de son espèce un visage défiguré, à peine reconnaissable.
Attiré par cette cathédrale engloutie, quel vertige le prend soudain devant ces tranquilles bisons qui n'en finissent pas de creuser leur nuit, où le temps suinte en gouttes d'eau claire...? Une citation de J.S. Bach transparaît peu à peu à la fin de l’œuvre, vestige où prière au milieu des décombres.
L’œuvre naît d'une sorte de magma, qui évolue en vagues de son bruiteux progressives. A la crête de la dernière vague le clavecin entre, sur un trille. Puis plusieurs évènements s’enchaînent, comme autant d'éclairs sonores. La guitare y déroule un discours fragmenté. Une cadence dans les graves du clavecin prépare une éclaircie où les rares harmoniques de la guitare se mêlent aux égrènements fragiles du '4-pieds' du clavecin. Le rythme va s'exaspérant et mène à la cadenza de la guitare, nerveuse et intense, qui aboutit à une sorte de continuum lyrique sur lequel le clavecin vient se superposer à la manière de cloches, dont le guitariste imitera le balancement en pinçant à même les cordes de la lyre intérieure du clavecin: glissendi, percussions puis hurlements, produits par l'archet du guitariste contre les cordes, et renforcés par un grondement de basses au clavier : nouveau paroxysme : c'est lors qu'émerge peu à peu, joué en pizzicati à la guitare, le thème de Bach (Adagio de la cinquième sonate pour violon et clavier, BWV 1018), repris en boucle par le clavecin. L’œuvre s'achève dans le rythme neutre et glacial du métronome, qui finit par taire toute musique. texte de Bertrand BAYLE et Arnaud DUMOND.

Pas de deux avec violon
EFFECTIF : Violon & guitare, 1992 (commande). La première version de « Pas de deux » fut créée au Festival « Traverse » de Chambéry par Josiane Brachet, violon, et Frédéric Vérité, guitare. Une seconde version a vu le jour quelques années plus tard, dédiée cette fois-ci au duo Cordes et Âmes (Sara Chenal et Olivier Pelmoine), qui en assura la création discographique (disques Skarbo). Elle comporte quelques corrections vis à vis des versions précédentes.
DUREE : 10’
DIFFICULTE : 2 à 3 (de 1 à 5)
EDITION : ADN
ENREGISTREMENT : Taïgo (Duo Cordes et Ames) - catégorie par/+ autres guitariste, Pas de deux - catégorie Duos
PRESENTATION : L’œuvre se présente en trois parties :
Solo du violon 2’ env. - Solo de la guitare 2’ env. - Imitations-emprunts/Duo 8’ env.
‘Pas de deux’ ou le couple impossible ? Pour preuve : le violon commence seul, et puis la guitare, seule aussi. Le 3è mouvement, le plus long, voit la réunion des deux : mais pour se provoquer, s'imiter, se défier. De fameux compositeurs y sont conviés pour aider à séduire. Mais un chant se lève enfin, de loin, se déroule comme une spirale, lentement, un chant qui finit aspiré vers le haut, comme le ruisseau devient rivière, lumière.
Alors, enfin deux ? Presque. Car le ‘pas de deux’ devient un ‘Pas de deux’, au sens du pas de danse. Le duo, de deux, se fait un. Non pas deux en un mais deux et un. Font trois. D’où le nombre de mouvements.
C’est ainsi que, pour finir, la guitare prend l'archet, et le violon joue avec ses doigts: les différences se prètent : violon, guitare, féminin, masculin, tout est dans tout, et réciproquement... Un couple alors ? Mieux, un duo.

Oud of africa - electronic live
(guitare midi et meta-instrument)
EFFECTIF : Récitant - voix & guitare - Electroacoustique sur des textes de Césaire et d’Isabelle, sœur de Rimbaud. Créé à Genève en 1998 par A.Dumond, guitare midi et récitant, Francis Faber, meta-instrument, Mathieu Constans, console.
DUREE : 15'
DIFFICULTE : 3-4 (de 1 à 5)
EDITION : ADN
ENREGISTREMENT CD : Un rêve sans importance spéciale - catégorie Duos
PRESENTATION : En trois parties enchaînées la pièce se présente comme une triple approche de l’Afrique: de l’exil, de l’intérieur, de l’extérieur: 1. Nuit (texte de Aimé Césaire, ex « Cahier d’un retour au pays natal ») -- 2. Fête (percussions) -- 3. Adieu (lettre d’Isabelle Rimbaud, la soeur, à propos de l’agonie d’Arthur)

Neiges
EFFECTIF : pour guitare et marimba
DUREE : 10'
PRESENTATION : en trois mouvements : 1. Un paysage de hâches -- 2.Un paysage inconsolable -- 3. Jeux de paysages